Clôture de Majaless-Al Tarab au théâtre des régions de la Cité de la culture

Exposition engagée Photocratie par le photographe tunisien Slown à Paris
13 Avril 2018
« سمّها ما شئت » ce Samedi, 21 Avril 2018, à Espace Carmen
16 Avril 2018
Montrer tout

Clôture de Majaless-Al Tarab au théâtre des régions de la Cité de la culture

Après son ouverture le 9 avril 2018  au théâtre des régions de la Cité de la culture,  le cycle musical Majeless-Al Trab, a pris fin dimanche 15 avril 2018, avec une soirée exceptionnelle qui a enregistré une affluence record. Organisé par le Pôle Musique et Opéra dont la direction est confiée à Saima Sammoud, ce cycle de trois soirées dédiées au Tarab a été inauguré  par le concert « Ishq » présenté par la Troupe «  Compositeurs pour la paix » avec la participation de la syrienne Mais Harb et la française Christina Rosmini. La deuxième soirée de ce cycle a été quant à elle animée par l’Orchestre National Tunisien sous la baguette du Maestro Mohamed Lassoued,  l’artiste tunisien Wadi Jenhani et le grand chanteur marocain Fouad Zbadi.

Et c’est en présence du Mnistre des Affaires Culturelles et d’un grand nombre d’artistes et de mélomanes que  l’Orchestre National Tunisien a magistralement ouvert cette dernière soirée du cycle Majaless-Al Tarab avec une introduction instrumentale de la fameuse « Aghadan AlKak » de la diva Om khaltoum interprété  avec brio par la jeune Rakia Nasser , sous les ovations nourries d’un public envouté par l’ambiance feutrée du théâtre des régions où les résonnances musicales se sont confondues harmonieusement avec la voix suave de la jeune chanteuse .

Après la  chanson d’ouverture, Rakia Nasser s’est lancée dans l’interprétation des  les plus difficiles titres du répertoire d’Om khaltoum et de MayadaHennaoui. Elégante et sure d’elle, Rakia a très vite éblouie le public quand elle a chanté « HadhihiLaylati », ou encore «  Sibouli Albi Warhalou », à travers lesquelles elle a prouvé ses grandes capacités vocales et la douceur d’une voix déjà dompté malgré son jeune âge.

En entrant sur scène,  le chanteur Karim Chouaib,  au programme de la deuxième partie de cette soirée, a placé lui aussi la barre très haut en visitant le registre des éternelles orientales et tunisiennes les plus chères aux mélomanes. Avec son élégance légendaire et sa voix profonde Karim Chouaib a interprété « Ba’a Ayez Testannani » de Farid Al Atrach, « HabibiHouwa » de Salah Abdelhay, « Ya MsaferWahdak » de Mohamed Abdelwahab, avant de transporter le public dans un voyage à travers les merveilles de la musique tunisienne en leur offrant «  Elli Tadda w fet » de Hedi Jouni et de conclure avec « Ma Habbitech » la perle musicale de Ali Riahi.

Mais il va sans dire que cette soirée tarabique a été une réussite instrumentale grâce aux qualités des instrumentistes dont OtailMaaoui (violon), Houcine Miloud (Nay), Slim Jaziri (Quanoun) sans oublier le chef d’orchestre Mohamed Lassoued qui a veillé au plus petit des détails pour offrir un spectacle exceptionnellement réussi.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.