« Makhfouga »:Une bioghraphie d’une fille djerbienne

PARFOIS: trois nouvelles boutiques à Tunis et à Sfax
22 Mai 2017
Cannes: Majd Mastoura remporte le prix annuel du meilleur acteur
22 Mai 2017
Montrer tout

« Makhfouga »:Une bioghraphie d’une fille djerbienne

Lors de la première de son One Women Show « makhfouga », la comédienne Manel  Abdelkoui a joué à guichet fermé devant un public qui est venu nombreux à la salle « le mondial » vendredi 19 Mai.

Le public dont un grand nombre était originaire de l’île de Djerba, a assisté à un spectacle qui a duré un peu plus que deux heures, leur rappelant des souvenirs d’enfance et d’adolescence dans  cet endroit magique.

Des souvenirs comme celles du « mahfel » (cérémonie de mariage) et les habitudes des djerbiens dans ces événements « sacrés » pour eux, comme l’arrangement du lieu où la cérémonie est faite,

Le « zahou » où les hommes se rassemblent pour faire la fête à leur manière..

Abdelkoui a parlé dans cette pièce de son enfance, de cette fille hyper-active qui se balade d’un mariage à un autre pour s’amuser  avec ses camarades, une fête qui s’achève par une punition de sa mère qui lui interdit d’aller danser devant les hommes.

Malgré ces interdictions et ces punitions, « makhfouga » insiste d’y aller et de faire ce qu’elle aime, tout comme son choix d’aller étudier le théâtre après avoir eu son baccalauréat.

Cet amour pour le théâtre était un cauchemar pour sa mère qui a opposé ce choix, et grâce à son père et à l’aide d’une petite ruse d’un médecin, Manel a pu convaincre sa mère.

Cette fille commence à grandir et elle tombe amoureuse d’un homme qui le surnomme « djerbi man » mais là aussi cette relation a été opposée par sa belle mère.

Après l’échec de cette relation et après des périodes de chagrins et de solitude« makhfouga » a essayé de continuer sa vie en s’inscrivant à une association qui défend les droits des femmes et là elle nous dévoile le vécu caché des femmes soumises tout en conservant l’esprit humoristique de la pièce.

«makhfouga » est une mise en scène de Mounir Argui selon un texte de Jalel Eddin Saadi et Manel Abdelkoui qui souhaite faire une grande tournée dans les festivals d’été.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.